lexique

Charges amortissables

Définition : Charges amortissables

Les charges amortissables sont des dépenses effectuées qui peuvent être déduites des revenus imposables

Les charges amortissables correspondent aux achats d’immobilisations amortissables qui permettent de créer un flux de trésorerie. Dans le cadre d’une location, il s’agit des dépenses qui contribuent à la valorisation du bien immobilier et d’améliorer son état en vue de percevoir un loyer plus élevé.

La charge amortissable doit être probable, réalisable et justifiée. Lorsque la dépense est indispensable à l’exploitation et que vous disposez d’une pièce justificative, vous pouvez la déduire de vos revenus imposables. 

Si vous effectuez vous-même les travaux, seules les dépenses liées à l’achat des matériels sont déductibles.

Dans le cadre d’une location meublée LMNP, il est recommandé d’opter pour le régime réel simplifié pour que les charges amortissables soient déductibles de votre imposition. 

Vous devez spécifier ce choix lorsque vous complétez le formulaire p0i au moment où vous commencez votre activité LMNP. C’est le greffe du tribunal de commerce qui vous remet ce formulaire.

La déduction des charges amortissables s’effectue directement sur la déclaration fiscale annuelle. Vous pouvez le faire sur le formulaire de déclaration de revenus complémentaires n° 2042 C PRO. 

Les charges amortissables peuvent être classées en deux catégories principales :

👉 Les charges amortissables sur plusieurs années : intérêts et frais relatifs au prêt immobilier, les frais indispensables pour la location, les frais liés à l’acquisition du bien, les assurances de la location, les taxes foncières et d’habitation, les charges de copropriété, les dépenses relatives à l’entretien des espaces verts et au remplacement du petit électroménager, les charges du locataire pour les contrats à votre nom (gaz, électricité, eau, connexion internet, etc.)

👉 Les dépenses réelles qui peuvent être déduites sur l’année civile en cours : le prix d’achat du bien dont l’amortissement s’étale en moyenne sur 20 ans, les différents frais relatifs à l’acquisition du bien immobilier, les dépenses liées à la rénovation du logement (amortissable sur 10 ans), rénovation portant sur le gros-œuvre amortissable sur 30 ans, achat de mobiliers amortissable au cours des 5 années qui suivent (literie, canapé, vaisselle, etc.).

Je teste mon éligibilité LMNP

FAQ

La défiscalistation de A à Z

01. Comment amortir un bien en LMNP ?
LMNP vous a repondu :
Lorsque vous investissez dans une Location Meublée Non Professionnelle et que vous choisissez le régime réel, vous pouvez profiter de l’amortissement locatif. Il s’agit d’un système qui consiste à déduire certaines charges et d’amortir la valeur du bien immobilier acheté. Le statut de loueur en meublé non professionnel vous permet de profiter d’un avantage fiscal […] En savoir plus ->

02. Défiscalisation immobilière : comment ça marche ?
LMNP vous a repondu :
Confrontées au déficit structurel de logement en France, les autorités compétentes qui se sont succédées au pouvoir ont créé des mesures fiscales pour pousser à la construction de biens neufs et à la rénovation des logements anciens. Ces différentes mesures fiscales sont englobées dans un seul groupe appelé dispositifs de défiscalisation immobilière. Ces différents dispositifs […] En savoir plus ->

03. Réduction d’impôts accordée en LMNP : comment la calculer ?
LMNP vous a repondu :
La Location Meublée Non Professionnelle (LMNP) permet de bénéficier de réduction d’impôts sur le LMNP intéressante, en particulier lorsqu’elle est cumulée avec le dispositif Censi-Bouvard. La réduction d’impôt accordée en LMNP est calculée sur la base du prix d’achat du bien immobilier et des frais divers (honoraires du notaire, commissions des agents immobiliers, droits d’enregistrement, […] En savoir plus ->

04. Comment déclarer ses revenus en LMNP ?
LMNP vous a repondu :
Avec le LMNP Censi-Bouvard, les revenus locatifs sont catégorisés dans les revenus BIC. Les investisseurs peuvent choisir entre le régime micro BIC ou le régime réel. Lorsque les trois conditions cumulatives suivantes sont remplies, c’est le régime réel qui s’applique de plein droit : 👉L’investisseur doit exercer son activité en nom propre ;👉 Il doit être […] En savoir plus ->